Laisser ou non, les enfants se batailler?

Maman de deux garçons, j’ai tout d’abord tenté de bannir ces batailles qui finissent souvent par des pleurs. On entend ça si souvent : ‘’ Ça va mal finir votre affaire!’’

Peut-être que ça fini mal parce qu’on le programme!

Constatant qu’ils revenaient toujours à ce jeu-là, j’ai décidé de leurs enseigner comment le faire.

Ça doit rester un jeu

La base, c’est que ça doit rester un jeu, donc tout le monde doit avoir du plaisir.

Pour les aider, on peut leurs donner de petites lignes directrices :

– Respectez ses limites : ce qui me va et ce qui me dérange.
Respecter l’autre, donc être attentif aux signes qui nous montrent que c’est assez.
– Ne pas toucher aux parties de corps intimes.
Pas de coups à la tête ou au visage, c’est trop fragile.
– Pas d’insulte ou de moquerie : le jeu doit rester sain!
– On arrête dès que l’autre ne veut plus jouer, ou si quelqu’un s’est fait mal.

Lorsque l’on approuve le jeu combatif, on permet aux enfants d’apprendre une panoplie de choses sur eux-mêmes et sur les autres, en plus de se pratiquer à respecter des consignes.

Pourquoi c’est positif

Tout d’abord, ils apprennent à respecter et à détecter les limites de l’autre (reconnaître la signification des expressions du visage). Du coup, on les initie à faire des compromis et à verbaliser leur ressenti.

Ça leurs donne confiance en eux pour gérer des situations de conflits.

Puis, en mettant leur corps en action, ils apprennent à maîtriser leur force pour ne pas blesser leur partenaire de jeu.

Ils peuvent alors prendre conscience de leurs aptitudes physiques.

En plus, ils expérimentent des techniques pour tomber, rouler et culbuter sans se faire mal.

Assumer ses gestes

La bataille permet aux enfants de prendre des risques et de les assumer.

Il se peut qu’ils se fassent mal ou qu’ils blessent leur ami. Ils devront alors faire en sorte que la situation se termine en harmonie.

Et ce qui est fantastique, c’est qu’ils apprennent à ne pas toujours être le vainqueur.

Les enfants ont parfois un ‘’trop-plein’’ d’émotions ou d’agressivité. Jouer à la bataille c’est leurs permettre de se défouler d’une façon convenable et amusante.

Bataille n’égale pas violence

N’ayez crainte, autoriser la bataille sous forme de jeu, ce n’est pas accepter la violence ni la bagarre.

C’est permettre à l’enfant de gérer son impulsivité et ses émotions tout en respectant son copain.

Tant que le plaisir est au rendez-vous, ça va bien.

Si vous constatez que la situation risque de dégénérer faites leurs prendre une pause et faites leurs prendre conscience que ce n’est plus amusant lorsqu’on se blesse.

Si un accident survient, il n’est pas nécessaire de se fâcher. Discutez des règles du jeu avec eux, faites-les se réconcilier et proposez un jeu plus calme.

Allez-vous permettre ce genre de jeu maintenant ?

 

Mélanie Charest
Coach Familial, formatrice en langage de signes pour bébés et conférencière
819-806-4756
melaniecoachfamilial@outlook.com
Facebook.com/melaniecoachfamilial