Et si enseigner l’empathie aux enfants amenait la paix dans le monde?

Les conflits, la violence et la colère sont en réalité un simple mal entendu. De part et d’autre, chacun tente de se faire respecter. Mais à quel prix?!

La colère nous sert de garde du corps en quelque sorte. Elle sert à nous indiquer que nous avons atteint nos limites que nous devons agir pour les respecter.

La colère est donc utile. C’est l’indicateur de nos limites personnelles.

La perception de la réalité

Chaque personne a son propre passé, ses valeurs, ses limites, ses perceptions qui se sont forgées selon leur enfance, leurs expériences et les personnes qu’elles ont côtoyées.

Chaque personne vie des défis au quotidien, chaque personne fait également de son mieux au moment où la situation se produit.

La perception de la réalité est donc propre à chacun. Personne n’a raison plus que l’autre.

Pourtant les conflits sont souvent source d’animosité, de colère ou de violence, surtout chez les enfants.

Les enfants n’étant pas encore équipés au niveau neurologique pour faire face à la colère qui les envahit, réagissent souvent avec violence.

Même nous en tant que parents, il nous arrive de se sentir tellement en colère face à une situation qui se produit avec notre enfant qu’on aurait envie de le laisser faire sa crise et de fermer la porte…

Le besoin caché derrière la colère

Ceux qui ont grandit dans un environnement plus violent auront de la difficulté à ne pas reproduire ce qu’ils ont connu. Serrer le bras, crier, les mettre en punition ou plus violent encore…

Et pourtant le besoin de l’enfant est souvent d’être reconnu, entendu et respecté…

Étant incapable de se mettre à la place de l’autre, il ne peut que vivre la situation de son point de vu à lui.

Connaissez-vous des adultes qui sont encore à ce stade? Moi oui!

Alors si depuis tout petit on prenait le temps d’écouter ce que l’enfant vie, de reconnaître ses émotions, de lui permettre de vivre ses émotions et de le consoler, pour ensuite rediriger son attention vers une solution ou le point de vue de l’autre…

Ne croyez-vous pas qu’il sera plus facile pour lui, lorsqu’il sera adulte, de prendre du recul face à une situation, d’être capable d’introspection, de s’aimer comme il est et d’avoir confiance en ses capacités pour trouver des solutions à des conflits?

La réponse, c’est l’amour

Ma grand-mère nous a dit un jour: ‘’ dans mon temps on ne jetait pas les choses comme aujourd’hui, on prenait le temps de les réparer et on les gardait longtemps, et c’était pareil pour le couple’’…

Apprenons à nos enfants se réparer au lieu de jeter.

Apprenons à nos enfants à se mette à la place des autres au lieu de les juger.

Apprenons leurs l’empathie et la gestion de conflits pour faciliter la gestion émotionnelle.

Et laissons les exprimer leurs émotions pour leur permettre de devenir des adultes confiants, compréhensifs et aimants.

Mettons de l’avant leur unicité.

Répondons à la colère avec amour. Au mieux que l’on peut faire, au moment ou la crise se produit.

Excusons-nous et réparons si nous avons mal réagit…

Nous sommes leur plus grand enseignant!Il n’en tient qu’à nous de créer des enfants heureux, épanouis, plein de compassion et d’amour pour eux-mêmes et pour les autres.

Ainsi nous amènerons la paix dans le monde de demain! Vous embarquez?

Écrit par Véronique Gauthier
Parce que ça prend JUSTE UN PEU PLUS D’AMOUR (www.justeunpeuplusdamour.com) pour changer le monde!